Acceptez-vous l'utilisation de cookies pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web ?

En savoir plus

Durabilité

La responsabilité écologique est notre métier

L'agriculture bio et la protection de l'environnement vont de pair. Voilà ce qui ressort de la définition de l'agriculture écologique : elle entend renforcer et préserver les bases naturelles pour les générations à venir. Voilà pourquoi toutes les entreprises issues de la coopérative BIOG depuis 1989 se sont fixé comme objectif non seulement de soutenir l'agriculture bio, mais aussi, de manière générale, de veiller à l'utilisation des ressources naturelles. Cela concerne le secteur de l'énergie, mais aussi toutes les matières premières, les surfaces, la qualité des sols, de l'eau et de l'air, ainsi que la diversité naturelle des espèces du monde animal et végétal.

OIKOPOLIS_Opderschanz_pano2

Notre chaîne de création de valeur est, au sens littéral, un cycle, voire un double cycle, car la production d'aliments bio repose sur des matières premières provenant du cycle naturel soutenu par l'agriculture biologique, et elle est inscrite dans l'économie cyclique du groupe OIKOPOLIS. Il n'existe aucun exemple similaire à cette particularité dans d'autres contextes de production :

Illu_OIKO_Kreislaufwirtschaft2019WEB

La gestion responsable des bases naturelles va de soi pour nos entreprises travaillant avec l'agriculture bio, même en dehors des champs et de la ferme. Quelques mesures sont représentatives d'un concept global.

Dans plusieurs brochures, nous avons détaillé la façon dont BIOGROS, NATURATA et Cie agissent de manière responsable et consciente de l'avenir. Vous pouvez les télécharger ici ou recevoir un exemplaire imprimé dans votre NATURATA préféré. Vous trouverez ici un bref aperçu :

  • NHGal1
  • NHGal1b
  • NHGal7a
  • NHGal3
  • NHGal4
  • NHGal8
  • NHGal10
  • NHGal2

Construire vert

dropdown

Nos techniciens projettent, construisent et rénovent dans le respect de l’environnement : pour l’éclairage des bâtiments, tant à l’intérieur (surfaces de vente et de stockage, salles de détente et bureaux) qu’à l'extérieur (parkings, enseignes), nous utilisons uniquement la technologie LED. Les armoires réfrigérées sont fermées et leur chaleur perdue, tout comme celle des grands entrepôts frigorifiques, est transférée vers un système innovant de chauffage par le sol via des échangeurs de chaleur. Le concept global de nos technologies domotiques et de nos techniques de construction durables et vertes a déjà été plusieurs fois récompensé par des Prix de l’environnement nationaux et internationaux.

Acheter vert

dropdown

Ce n’est pas seulement dans les projets de construction que nous utilisons des technologies économes en énergie et des matériaux durables. Il en va de même pour le back office car, tant pour la bureautique que pour la papeterie, nous sommes attentifs à la durabilité des produits - sans solvants ni plastifiants ou à base de matières premières renouvelables, par exemple. Nous appliquons donc les principes ci-après.

  • Le moins de papier possible ! En cas d’utilisation de papier, uniquement recyclé, issu de la gestion durable des forêts et affichant le label allemand « Blauer Engel » (Ange bleu).
  • Carton plutôt que plastique
  • En cas d’utilisation de plastique, uniquement bio, à savoir sans huile minérale et à base de matières premières renouvelables

« Ecobon »

dropdown

Depuis 2017, les tickets de caisse NATURATA sont « verts »... même s’ils semblent plutôt gris. Ce papier thermique innovant est certifié FSC (Forest Stewardship Council), ne nécessite aucun révélateur chromogène chimique, convient aux aliments et peut être archivé. En regroupant les informations, nous économisons de l'espace, donc du papier - au mètre !

Lutte contre le gaspillage alimentaire

dropdown

La chaîne de valeur de l'agriculture biologique et biodynamique est aussi une chaîne de valorisation - des matières premières au résultat en passant par les membres de la chaîne qui en font de véritables valeurs, en harmonie avec la nature. Ne pas gaspiller sans faire attention ces « moyens pour vivre » est pour nous un objectif important. Pour l’atteindre, nous adoptons les solutions ci-après.

  • Zweet Chance : les fruits et légumes aux contours imparfaits ou présentant des coups, les œufs minuscules, les pâtisseries de la veille ou les produits laitiers proches de leur date de péremption sont trop précieux pour finir à la poubelle. C'est pourquoi une étiquette orange informe les clients NATURATA que ces produits de qualité sont disponibles à prix réduit.
  • Remise collaborateurs : les articles invendus malgré la réduction de prix sont proposés à nos collaborateurs au prix symbolique de 1 euro la caisse.
  • Transformation : la Cuisine Artisanale de BIOGROS est elle aussi une « cliente reconnaissante », par exemple, pour les légumes trop mûrs qu'elle réduit en soupes de la marque BIOG.
  • Dons : nous laissons régulièrement à Cent Buttek les fruits et légumes invendables, dont les « qualités intérieures » l'emportent sur les défauts extérieurs. Dans les quatre sites de cette association, des bénévoles distribuent gratuitement les aliments bio aux personnes dans le besoin ou en préparent des confitures, des soupes et des sauces.
  • Biogaz : les aliments que même les niveaux susmentionnés n’ont pas su sauvegarder pour la consommation, ainsi que les déchets organiques de nos restaurants, bistros et cuisines de transformation, sont collectés et envoyés à un agriculteur BIOG. Dans son unité de méthanisation, il produit de l'énergie, qu'il utilisera dans sa propre exploitation.
  • ECOBOX : le Resto & Café NATURATA ainsi que les bistros de ses filiales participent bien sûr au système Ecobox, qui permet d’emporter dans un emballage recyclable consigné des menus commandés ou des repas non consommés.

Emballage des produits

dropdown

Bien entendu, nous encourageons le recyclage des déchets, en particulier lorsque nous mettons nous-mêmes des produits emballés en circulation. Tout comme pour la lutte contre le gaspillage des aliments (voir plus haut), nous adoptons plusieurs solutions afin d'éviter les déchets d'emballage.

  • Système Valorlux : BIOG, BIOGROS et NATURATA sont membres du système national de reprise et de recyclage Valorlux (« Sacs bleus », collecte du verre usagé et du papier) et le soutiennent en versant des cotisations selon le volume des emballages mis en circulation. Cependant, nous avons notre propre solution pour le verre usagé.
  • Notre propre solution : dans un esprit de responsabilité du producteur, NATURATA coopère à l’international avec les acteurs de l’alimentation naturelle par le biais de son propre système de consigne et de reprise dédié aux bouteilles et pots (de yaourt) en verre. Depuis des années, nos clients apprécient énormément ce système.
  • Nos propres emballages : BIOGROS agit non seulement au titre de transporteur et distributeur de produits bio de divers fabricants, mais aussi comme transformateur des produits de la marque BIOG. Là encore, le thème de l'emballage joue un rôle central. L'emballage n'est pas toujours superflu. Cela est parfois dû aux procédés de production, mais souvent aussi aux règles d'hygiène ou d'étiquetage. En effet, les mentions obligatoires requises par l'UE doivent figurer sur un support. Nous privilégions les matériaux d'emballage biodégradables chaque fois que leur utilisation est sensée et possible. Pour en savoir plus à ce sujet, voir le rapport de durabilité OIKOPOLIS 2018. Pour la version abrégée, voir OIKOPOLIS News, n°15 (édition spéciale Durabilité, cf. les offres de téléchargement en marge). Un leporello pratique (cf. ibid.) fournit également des informations sur les options d'emballage durable NATURATA.
  • Vente en vrac : au Bio-Marché NATURATA de Merl, nous avons lancé un projet pilote de vente en vrac dès 2016 : 25 produits secs à mettre soi-même dans des sacs en papier ou dans des récipients amenés de chez soi.

Apprendre davantage sur l'emballage chez NATURATA et sur l'emballage des produits BIOG

NATURATA_Verpackungen_Banner

Prévention des déchets

dropdown

En interne comme en externe, nous voulons éviter les déchets et, lorsqu'ils sont inévitables, nous agissons conformément à la devise « Les déchets sont aussi une ressource » et nous les intégrons dans les cycles de recyclage appropriés. C'est pourquoi, sur chacun de nos sites, une personne est responsable de la gestion des déchets et, au centre OIKOPOLIS, une autre est chargée de coordonner cette activité. Ensemble, elles veillent...

  • au tri des déchets dans les cuisines et salles de pause : une bonne douzaine de déchets recyclables y sont collectés séparément, puis introduits dans les cycles de recyclage correspondants. Pour la gestion écologique de nos déchets, nous avons obtenu le label de qualité « SuperDrecksKëscht fir Betriber », une offre du ministère luxembourgeois du Développement Durable et des Infrastructures en coopération avec la Chambre des Métiers et la Chambre de Commerce ;
  • au tri et à l’expédition des déchets recyclables issus de matériaux de bureau et de construction (y compris ampoules, etc.).

Énergies renouvelables

dropdown
  • Par principe, nous rejetons l'énergie nucléaire et les combustibles
    fossiles. Toutes nos entreprises achètent exclusivement de
    l'électricité d'origine renouvelable (hydroélectrique et/ou
    éolienne, à la discrétion de notre fournisseur d'énergie).
  • Le toit vert du centre OIKOPOLIS est équipé d'une grande installation photovoltaïque
  • À travers OIKOPOLIS Participations, nous détenons des parts de la
    société Hëpperdanger Wandenergie sàrl qui, à son tour, détient un
    quart des parts de la société Hëpperdanger Wandenergie SA et
    exploite avec elle le deuxième plus grand parc éolien du Luxembourg.

Mobilité des collaborateurs/trices respectueuse de l’environnement

dropdown
  • Le covoiturage est pris en compte dans la planification des quarts de travail de nos équipes. Des places de parking sont réservées à nos collaborateurs qui viennent travailler en covoiturage. Ceux qui utilisent les transports publics reçoivent une prime de transport.
  • Les collaborateurs OIKOPOLIS qui travaillent au centre de Munsbach, cadres dirigeants compris, utilisent le car sharing car le seul véhicule de service disponible est une petite voiture partagée. Cette voiture électrique se recharge exclusivement à travers le contrat d’énergie verte auquel nous avons souscrit. Les clients du centre OIKOPOLIS peuvent eux aussi utiliser les places de parking réservées aux voitures électriques, ainsi que les bornes de recharge.

Transport respectueux de l’environnement

dropdown

Pour assurer la livraison, on utilise surtout des véhicules loués. Ce qui nous permet de nous écarter de normes environnementales obsolètes, mais uniquement pour des raisons de coûts. Le propriétaire de notre flotte veille en effet à assurer le meilleur compromis possible entre la protection de l'environnement et la sécurité alimentaire, même pour les camions réfrigérés à forte consommation d'énergie.

Nous ne recourons au transport aérien que lorsque la demande de nos clients est élevée et que la durée de conservation des fruits est courte. Autrement, nous préférons le transport par bateau ou par voie terrestre car les zones de production européennes et les pays méditerranéens ont la priorité absolue sur les transports transcontinentaux. Là aussi, il convient néanmoins de refaire les calculs. En effet, le bilan écologique d'une pomme d'origine européenne stockée pendant des mois dans une chambre climatique est parfois pire que celui d'un fruit fraîchement récolté dans l'hémisphère sud et expédié pour répondre aux besoins locaux en hiver.

CO₂ : discipline interne et compensation

dropdown

Nous enregistrons tous les impacts des activités de notre groupe sur l'environnement et un logiciel nous permet de les convertir en équivalents CO₂. L'analyse des résultats (documentés annuellement depuis 2008) contribue à identifier de nouveaux potentiels d'optimisation. Par ailleurs, le résultat de ce bilan carbone sert de base de calcul au paiement compensatoire que nous effectuons volontairement depuis l'exercice 2012.

Avec 20 euros par tonne d'équivalent CO₂, nous soutenons spécifiquement les institutions qui encouragent la diffusion de l'agriculture bio au Luxembourg et en Europe. Nous nous démarquons ainsi délibérément des procédures internationales habituelles en matière de compensation de l’empreinte carbone - à la fois par le montant de notre paiement compensatoire par tonne d’équivalent CO₂ et par notre focalisation sur des activités locales de lutte contre le changement climatique. Une attitude motivée par l'effort sincère de permettre aux populations directement touchées par la pollution atmosphérique de bénéficier de cette lutte.

Actu20190702_CO2_Kompensation

En été 2019, pour la 6ème fois d’affilée, les sociétés du groupe OIKOPOLIS ont compensé les émissions de dioxyde de carbone générées ou plutôt non évitées par ses activités durant l’exercice écoulé, à savoir celui de 2017.

La base de calcul étant fournie par un outil confectionné individuellement par une équipe de chercheurs scientifiques, le volume total des impacts climatiques de nos activités a atteint 1.758 tonnes d’équivalents de CO₂ en 2017. Comme d’habitude, on a fixé un « prix » de 20 euros par tonne, soit un montant total de 35.160 EUR – réparti à parts égales entre les filiales aînées d’OIKOPOLIS, à savoir NATURATA, BIOGROS et OIKOPOLIS Services (anc. OEKimmO).

Compte tenu des effets climatiques positifs de l’agriculture biologique, les bénéficiaires de la dite compensation sont des institutions indépendantes qui s’occupent de la promotion de l’agriculture biologique soit au Luxembourg soit à l’échelle européenne. Dans ce sens, NATURATA a versé le premier tiers du montant compensatoire (11.720 EUR) à l’Institut fir Biologësch Landwirtschaft an Agrarkultur Luxemburg a.s.b.l. (IBLA), pendant que BIOGROS a versé le même montant à Bio-Lëtzebuerg Vereenegung fir Bio-Landwirtschaft Lëtzebuerg a.s.b.l. Le donataire de la dernière partie du total, notre prestataire de services centraux (OIKOPOLIS Services) a choisi de faire don des 11.720 euros en question à la section de l’agriculture au sein du Goetheanum à Dornach/Suisse.

La remise des chèques symboliques s’est fait à Munsbach, le 1er juillet (de g. à dr.: Sigmund Walbaum/NATURATA, Dr. Stéphanie Zimmer/IBLA, Patrick Kolbusch/BIOGROS, Daniela Noesen/Bio-Lëtzebuerg, Änder Schanck/OIKOPOLIS Participations)