Actualités

Image:

OIKOPOLIS am Dialog: TTIP du point de vue de la tripartition sociale

4.8.2016


Dans le cadre de la série de conférences OIKOPOLIS am DIALOG, le 29 juin, Prof. Dr. Christoph Strawe a donné un discours à propos du partenariat transatlantique de commerce et d’investissement, (TTIP) sous le point de vue de la tripartition sociale.

La tripartition sociale

Le terme «tripartition sociale» était introduit par Rudolf Steiner et trouve ses origines dans l’anthroposophie. Correspondant à sa compréhension des liens sociaux, Steiner différencie trois sphères de vie : la vie spirituelle, la vie du droit et la vie économique. Ces trois sphères s’infiltrent constamment et se tiennent en équilibre. Steiner associe chaque sphère à un principe de la révolution française. La liberté est associée à la vie spirituelle, l’égalité à la vie du droit et la fraternité à la vie économique. Les trois domaines sont autonomes et équivalentes. D’après Steiner chacune de ces parties devrait avoir ses propres organes administratifs. Mais on y est encore bien loin de cette situation idéale, vu le fait, que les lobbyistes de l’économie se permettent d’influencer le droit étatique selon leurs propres intérêts. Cela cause une dépendance involontaire de l’individu et favorise pas nécessairement l’épanouissement personnel.

Les accords commerciaux

L’autodétermination de la société est restreinte de plus en plus par les différents accords commerciaux, qui sont négociés par différents pays - tout cela dans l’objectif de maximaliser les bénéfices économiques des pays participants.

Les préparations pour le partenariat transatlantique de commerce et d’investissement TTIP, qui devra prohiber les difficultés de commerce entre les États Unis et l’Europe, ont été initiées dans les années 1990. Depuis 2013 les détails de ces accords sont négociés. Au cours de l’année présente, la formulation d’un accord final est envisagée. La société critique et refuse cependant cet accord dû au manque de transparence et les désavantages pour l’Europe démocratique. En plus de l’accord avec les Etats Unis un autre accord commercial est envisagé avec le Canada (CETA).

Ces accords sont le résultat de la mondialisation et du progrès rapide des technologies. Depuis longtemps, l’économie ne s’appuie plus sur l’agriculture, mais se sert d’une industrie rationnelle et d’un commerce mondial qui aspire le bénéfice maximal.

Etat, économie, société

Dans un même temps, la société se développe vers l’autodétermination et recherche l’individualité et la liberté. Mais, même dans les pays démocratiques, les décisions importantes du gouvernement sont prises sous l’influence des intérêts économiques et sans l’intégration démocratique de la société. De cette façon, l’économie et le commerce influencent l’enseignement, la culture et la justice. L’Etat adopte un rôle de « gouvernante » au lieu d’encourager la société de prendre ses responsabilités et de soutenir les fonctions de la démocratie.

Beaucoup d’accords differents ont été établis au cours de l’histoire européenne. Une partie a été finalisé – l’autre partie a échoué. L’économie et le pouvoir forment les forces directrices. Au pays qui ne s’investisset pas dans la formulation des règles on les dictera finalement.