Actualités

Image: Le public était bien interessé.

OIKOPOLIS am Dialog: Introduction à l'agriculture biodynamique

18.3.2016


Le 9 mars, Vincent Masson, invité par Bio-Lëtzebuerg asbl., donnait un séminaire au Kass-Haff et présentait les principes de la biodynamie dans le cadre de la série de conférences OIKOPOLIS am Dialog. Vincent Masson et son père Pierre Masson, qui sont non seulement connus en France pour les produits biodynamiques qu’ils produisent, conseillent les maraîchers, agriculteurs et viticulteurs biologiques et biodyamiques et donnent des séminaires et conférences dans le monde entier. Ils s’investissent dans la recherche et partagent leur savoir dans différentes publications.

Vincent Masson essayait donc d’introduire son public en une journée - resp. en une soirée - à l’agriculture biodynamique ayant comme but, de soutenir de façon naturelle, la santé de la terre, des plantes, des animaux et de l’homme. Il présentait les acteurs clé de la biodynamie comme Rudolf Steiner, Lili Kolisko, Ehrenfried Pfeiffer et Alex Podolinsky et nous expliquait que 80 % du travail de l’agriculteur sont consacrés à la bonne pratique des méthodes agricoles, que 15 % du travail sont réservés aux méthodes biologiques, et 5 % aux pratiques biodynamiques. Ces 5 % ont cependant un grand impact sur le résultat final.

L’agriculture biodynamique utilise différentes préparations pour tonifier la terre et les plantes: la bouse de corne (préparation 500), la silice de corne (501), les préparations du compost (502 à 507), la prêle des champs (508) et finalement la bouse de corne préparée (500 P). Vincent Masson nous expliquait les effets des différentes préparations et en avait même apporté quelques-unes pour les faire passer dans les rangs. Ces préparations stimulent la rhizogenèse et le port érigé des plantes, de même que la fertilité, la porosité et la rétention d’eau dans les sols. Elles sont employées pour le traitement de maladies fongiques, améliorent la composition nutritionnelle des plantes et des fruits, leur aptitude à la conservation et même leur digestion.

Pour que les préparations puissent assurer leur plein potentiel, on doit veiller à un bon stockage des produits et appliquer les préparations dans des conditions favorables. Mais non seulement les forces cosmiques et la position des planètes sont à considérer, il faut aussi veiller au bon choix de la semence et des races animales.

Vincent Masson nous montrait finalement des photos comparatives (bio vs. biodynamique) pour visualiser l’effet des préparations biodynamiques. La qualité des plantes et fruits augmente, de même que la formation d’humus. Le rendement cependant, ne peut être augmenté à l’aide des préparations biodynamiques. Après quelques mois déjà, un effet des produits biodynamiques se fait constater. Ainsi, on fait preuve d’une accumulation de dioxyde de carbone dans les sols. (L’agriculture biodynamique constitue donc une méthode pour réduire les concentrations de dioxyde de carbone dans l’atmosphère ! )

Vincent Masson conseille aux agriculteurs qui désirent passer à une agriculture biodynamique de procéder d’abord à un essai sur une surface test. Ainsi, après quelques mois seulement, on peut constater la différence et démontrer l’efficacité des préparations biodynamiques.

Comme la biodynamie ne se laisse pas expliquer en une journée resp. en une soirée, Bio-Lëtzebuerg va reprendre le sujet dans les mois à venir. (Pour plus d’informations, visitez le site internet de « Biodynamie Service »)