Actualités

Image:

Compensation des émissions de dioxyde de carbone

29.1.2015


Pour compenser les émissions de dioxyde de carbone du Groupe OIKOPOLIS, OIKOPOLIS a remis un chèque à IBLA, Bio-Lëtzebuerg et la section agricole du "Goetheanum". Le montant de cette compensation bénévole fut défini par la quantité totale de gaz de serre émise par l’ensemble de l’entreprise. Cette quantité est déterminée à l’aide d’un logiciel spécial, développé en collaboration avec le Centre de Recherche Henri Tudor.

Ce logiciel permet à BIOG (Bio-Bauere-Genossenschaft Lëtzebuerg), le commerce de détail NATURATA Luxembourg, le grossiste BIOGROS et aux autres entreprises du Groupe OIKOPOLIS, de documenter et d’analyser les mesures prises depuis 2008 pour préserver les ressources et finalement – pour les optimiser.

Compensation des émissions – sur place Comme le relevé des compteurs est fait dans le deuxième semestre, les données du Groupe OIKOPOLIS pour 2013 étaient complètes en 2014 seulement. En 2013, la consommation d’énergie totale du Groupe équivalait à une émission de 1.169 tonnes de dioxyde de carbone. À chaque tonne, le Groupe a attribué une compensation de 20 euros. Bien sûr, il est impossible de déterminer et de compenser de façon exacte, les « effets négatifs » des émissions, mais en payant 20 euros pour chaque tonne, OIKOPOLIS pose les jalons bien hauts (sachant que sur le plan international, on paye en moyenne que 5 €). Le Groupe OIKOPOLIS se distingue aussi des entreprises internationales, en attribuant la compensation à bon escient, à des organisations qui agissent sur place, là où les émissions sont produites. Selon Änder Schanck, c’est la façon correcte de compenser les effets négatifs causés à notre environnement.

L’agriculture biologique améliore notre environnement Le président-directeur du Groupe OIKOPOLIS cite des effets positifs que l’agriculture biologique exerce sur notre environnement, dont l’enrichissement de la terre en humus, la protection de l’eau et la protection de la biodiversité. La compensation est attribué à deux associations d’intérêt commun qui soutiennent l’agriculture biologique et biodynamique luxembourgeoise en faisant de la recherche, en donnant conseil et en attribuant des certificats de conformité ; puis la section agricole de l’Université Libre à Dornach (Suisse) qui, sur un plan international, s’investie pour l’agriculture biodynamique. Le montant a été divisé en trois parties égales. 7.793 euros ont été attribués à l’IBLA (Institut fir Biologësch Landwirtschaft an Agrarkultur Luxembourg), à Bio-Lëtzebuerg – Vereenegung fir Bio-Landwirtschaft Lëtzbuerg ainsi qu’à la section agricole du Goetheanum (Suisse) pour apprendre plus sur la compensation