Actualités

Image: Änder Schanck et Roland Majerus (1er et 3ème d.g.) lors de la remise des chèques à Daniela Noesen (Bio-Lëtzebuerg) et Raymond Aendekerk (IBLA)

Vers une compensation des émissions carboniques devant notre porte

19.12.2013


Le groupe OIKOPOLIS soutient l'agriculture biologique au Luxembourg


Récemment, un nombre croissant d'entreprises a mis en place des programmes de reforestation afin de compenser les émissions de gaz carboniques générées par leurs activités. Dans son premier rapport de durabilité, présenté au public à l'occasion de l'Oekofoire 2013, le groupe OIKOPOLIS annonça d'en vouloir implanter une initiative correspondante - avec une différence significative: le bénéficiaire des compensations devrait être dans le champ de vision de nous tous, pour ainsi dire directement devant notre porte, et la branche soutenue devrait être plutôt l'agriculture biologique que la foresterie.

L'agriculture biologique préserve l'environnement

Les raisons en sont évidentes: d'une part, les entreprises du réseau OIKOPOLIS, notamment BIOGROS, BIOG et NATURATA, font partie d'une chaîne de valeur qui commence par l'agriculture biologique due Luxembourg et s'étend vers les consommateurs / -trices de ce pays.

D'autre part, comme le rapport mentionné ci-dessus l'explique dans un chapitre séparé, l'agriculture biologique rend des multiples services à l'environnement - par la protection des sols et des nappes phréatiques et par la renonciation aux OGM, pour ne nommer que quelques exemples. Par conséquence, l'agriculture bio contribue largement à l'attenuation des effets de serre et à la préservation de la biodiversité naturelle.

C'est pour ça que le groupe OIKOPOLIS vient de verser une somme totale de 20.620 euros à deux organisations travaillant pour le bien de l'agriculture biologique au Luxembourg, à savoir l' « Institut fir biologesch Landwirtschaft an Agrarkultur Luxemburg », IBLA (conseil et recherche au service de l'agriculture biologique au Luxembourg) et l'association « Bio-Lëtzebuerg », issue d'une fusion de l'association « bio-LABEL » avec le « Demeter Bond Lëtzebuerg ».

Un exemple à suivre?

Quant au montant donné, le cacul a été simple: pour compenser les 1.031 tonnes de CO₂éq. résultant du bilan carbonique 2012 du groupe OIKOPOLIS, on a prévu une somme de 20 euros par tonne et réparti le montant total par moitié entre les destinataires, cette relation CO₂éq.-compensation étant une des meilleures couramment en vogue. En effet, parmi les compensations certifiées par les Nations unies par le protocol de Kyoto, le « prix » pour une tonne d'émissions de CO₂, soit son compensation volontaire, a baissé d'un montant initial d'environ 25 EUR à 5 Eur seulement.

Une fois le virement effectué, une remise symbolique des chèques a été organisé le 18 décembre passé. Dans ce contexte, la totalité des concernés - les membres du comité directoire du groupe OIKOPOLIS, Messrs. Änder Schanck et Roland Majerus, ainsi que la directrice de Bio-Lëtzebuerg; Mme Daniela Noesen et son homologue de l'IBLA, M Raymond Aendekerk, ont exprimé l'espoir que cette exemple fasse école. A fin des comptes, l'agriculture biologique nous fait profiter à toutes et à tous.

Plus d'infos (en langue allemande):

Le rapport de durabilité du groupe OIKOPOLIS à télécharger

IBLA

Bio-Lëtzebuerg