Actualités

Image: Albert Fink chez OIKOPOLIS

Argent - Agriculture - Futur

23.7.2012


Le 6 juillet dernier M Albert Fink, un des fondateurs de la première banque alternative « GLS Bank » était invité à Munsbach dans le cadre du programme « OIKOPOLIS dialogue », pour tenir une conférence au sujet « argent-agriculture-futur ». Le sous-titre posait la question si une agriculture durable serait finançable sous la situation actuelle.

En premier lieu M Fink critiquait vivement le système bancaire actuel. Beaucoup de banquiers ne seraient plus que des exécutants systématiques dans un concept financier, qui s’est approprié la réflexion au dépends de ses acteurs humains. Ce système à pour conséquences l’enrichissement d’une minorité au dépendant de la majorité de la population. Pour conclure sa critique accablante du système financier actuel, il citait Bertold Brecht : « Quel est la différence ente le braquage d’une banque, et la création d’une banque ? - Le braquage est un acte de dilettantisme, les vrais professionnels créent une banque ! »

Même l’agriculture est actuellement menacée par l’apparition d’un fléau qui à ses origines dans ce système, le « land grabbing ». Cette expression identifie l’achat d’énormes surfaces par des états ou investisseurs privés. Suite à se phénomène M Fink pose ouvertement la question, quel serait le meilleur propriétaire des terrains destinés à la production d’alimentaire? De nouvelles dépendances risquent à se créer, si les terrains sont achetés comme investissement de capitaux. Le terme de propriété devrait, d’après M Fink, être un sujet de réflexion. Les auditeurs ont pu constater lors de la brève présentation de la « Regionalwert A.G. » de Christian Hiss et de l’économie citoyenne de Christian Felber, que des modèles alternatifs sont recherchés. Ainsi le groupe Oikopolis essaye de tracer des nouvelles voies au Grand-Duché. D’après M Fink une économie conventionnelle devrait remplacer l’économie de marché. Ce qui veut dire que des réseaux interprofessionnels regrouperaient les producteurs, transformateurs, commerçants et consommateurs, afin de conclure des conventions prenant en compte les désidératas de chacun. Une telle toile de conventions économiques pourrait être une voie de sortie du piège systémique et anonyme actuel.

Le prochain événement
29 novembre à 20:00 Uhr dans le cadre de « OIKOPOLIS im Dialog »:
Gemeinwohl-Ökonomie– Was kommt nach der freien Marktwirtschaft? (Une économie aux biens communs – Qu’est-ce qui serait possible après l’économie de marché ?)
Referent: Christian Felber