Actualités

Image: Presentation de l'étude de l'IBLA

Etude comparative entre exploitations agricoles biologiques et conventionnelles au Luxembourg

25.1.2012


L’IBLA (institution pour l’agriculture biologique et la culture agricole), une a.s.b.l. avec siège à l’OIKOPOLIS à Munsbach, présentait avec ses partenaires* ce 18 janvier 2012, une étude comparative sur l’agriculture biologique et conventionnelle, basée sur des paramètres écologiques et économiques. L’efficacité des subventions étatiques pour des actions écologiques, y compris la prime au développement de l’agriculture biologique, était établie en relation avec les facteurs économiques des entreprises, tout en tenant compte des paramètres écologiques sélectionnés.

En conclusion principale on retenait que les fermes conventionnelles consomment beaucoup plus d’azote que celles du bio. L’efficacité de l’azote dans les fermes bio est plus grande, elles ont une consommation plus faible en énergie et des émissions de CO2 plus faibles. De même, elles sont plus indépendantes dans l’approvisionnement des aliments animaliers, plus précisément en protéines.

Du point de vue financier, les subventions étatiques, même en incorporant la « prime bio », ne dépassent pas celles du secteur conventionnel. Les auteurs en concluent que le secteur n’est pas assez soutenu financièrement, et ceci malgré ses effets positifs sur l’environnement. L’agriculture conventionnelle a un effet négatif sur l’environnement, et, elle est disproportionnellement sur-subventionné pour ses actions environnementales.

Il est important et nécessaire pour le Luxembourg, que des objectif en matière de politique agricole soient définies clairement, afin d’aboutir à des résultats probants, en actionnant les différents leviers dont dispose la politique. Le montant des primes devraient refléter l’efficacité des actions environnementales. Ces conclusions furent présentées et débattues avec le ministre Romain Schneider. Les producteurs biologiques attendent une prise en compte des résultats de l’étude, lors de l’établissement de la nouvelle loi agricole, laquelle devrait voir le jour après la réforme de la GAP en 2013. Le but final doit être la croissance de l’agriculture biologique au Luxembourg.

*Convis, Service d’Economie Rurale (SER), Fondation Hëllef fir d’Natur/natur an ëmwelt

Voir l'étude en pdf sous www.ibla.lu ou recevez l'étude sur papier contre une participation de 9€.

Kontakt:
Raymond Aendekerk - Email: aendekerk@ibla.lu
Steffi Zimmer - Email zimmer@ibla.lu
IBLA
13, rue Gabriel Lippmann
L-5365 Munsbach
Tel : 261523 88 / 84